pb tp

Le Jazz Club de Montpellier

Saison 2019



L'édito d'Arthur FELL
---------

Quelques Mots Clés du Jazz

 Nous continuons dans cet Edito à expliquer très brièvement quelques mots clés employés dans la musique de jazz. C'est utile de connaître la terminologie musicale utilisée par les jazzmen pour contribuer au plaisir d'écouter leur musique. Pour garder une certaine continuité, ces mots clés sont présentés par ordre alphabétique sur plusieurs Editos à suivre.

CHARLESTON - Danse très rythmée des années vingt et aussi le titre d'une chanson dont le compositeur était le pianiste de stride, James P. Johnson. On pense que la danse a été créée vers le début du 20ème siècle par des noirs vivant dans une île près de la ville de Charleston, South Carolina d'oû son nom "Charleston". La danse s'est trouvée à Harlem vers 1913 et la chanson de Johnson a été chantée dans un spectacle "Runnin' Wild" sur Broadway en 1923. C'était sans doute une des chansons la plus populaire des années 1920. La "charleston" est également une partie de la batterie, composée de deux cymbales actionnées par une pédale, qui accroit considérablement la puissance rythmique du batteur.

CHASE - La traduction litérale est "chasse, poursuite" qui est une échange entre deux solistes. C'est un procédé qui s'emploie souvent lors des "jam sessions". Une "jam session" ou un "boeuf" est une rencontre au pied levé entre musiciens de jazz, characterisée par des improvisations.

CHICAGO (style) - Jazz proche du style Nouvelle-Orléans qui était surtout pratiqué à partir des années 20 par des musiciens à Chicago comme Eddie Condon (chef d'orchestre, banjo/guitar), Mezz Mezzrow (clarinette), Pee Wee Russell (clarinette) et Bix Beiderbecke (cornet).

CHIFFRAGE - Méthode qui consiste à nommer la fondamentale de l'accord par une lettre: A = la, B = si, C = do, D = ré, E = mi, F = fa, G = sol.

CHORUS - (signification anglo-saxone) Littéralement "choeur" ou "refrain", est la mélodie principale d'un thème avec une structure harmonique établie.
    Dans l'expression jazzistique française "prendre un chorus", i.e. "prendre un solo improvisé non-écrit généralement, sur la grille harmonique d'un thème initialement exposé."

CODA - Passage à la fin d'un thème constitué par une addition à la structure de base du thème.

COMBO - Mot dérivé du terme anglais "combination" qui est une formation de jazz assez réduite, qui est composée de 5 à 9 musiciens.

COOL - Forme de jazz apparue dans les années 50 et qui est associée surtout avec des musiciens de la côte ouest des États-Unis. Le jazz "cool" qui a des rythmes plutôt tranquilles et des tons légers succéde au mouvement "bop" qui était souvent plus rapide. Miles Davis était un des grands protagonistes du mouvement "cool" et curieusement un de ses albums le plus important de ce genre, "Birth of the Cool" "Naissance du Cool" (1957), a été enregistré à New York qui est sur la côte est des États-Unis.

DIXIELAND - Dans les années 1830-40, une banque à la Nouvelle-Orléans en Louisiane a émis un billet de banque de 10 dollars avec le mot "dix" écrit en français dessus. A partir de cela, on a commencé à parler du sud des Etats-Unis comme "Dixie". Le dixieland jazz est proche du style Nouvelle-Orléans et se caractérise par l'improvisation collective. Parfois des commentateurs ont pensé que le "dixieland" était interprété seulement par des musiciens blancs, mais il y a eu des groupes dixieland qui avaient aussi des jazzmen noirs.

FAKE - (littéralement "immiter") Se dit parfois des musiciens de jazz qui jouent à l'oreille et qui improvisent.

FREE JAZZ - (jazz "libre") Des musiciens ont commencé à quitter les conventions classiques du jazz à la fois dans le rythme et dans l'harmonie (abondon du thème, du swing et de la structure). Le premier enregistrement de ce genre a eu lieu en 1949 par Lennie Tristano (pianiste), Billy Bauer (guitare), Lee Konitz (sax alto), Arnold Fishkin (basse). Cet enregistrement a été fait sans harmonie, sans tonalité, sans mélodie et sans un rhythme défini. Vers 1981, j'ai rencontré Lee Konitz au Sunset, un club à Paris et dans une conversation avec lui je lui ai dit que je pensais que ce "free jazz" qu'il a expérimenté avec Lennie Tristano en 1949 était "un peu chaotique." Konitz a dit "Non! Ce n'était pas 'un peu' chaotique, c'était complétement chaotique!". Le pianiste Bill Evans a dit que le "free jazz" est comme jouer au tennis sans filet. Ce genre a quand même été pratiqué par certains musiciens (Albert Ayler, Eric Dolphy et Ornette Colemen par exemple). Le terme "free jazz" avec le mot "free" (libre) revêt également une connotation politique.

FUNK - Style de musique basé sur une rythmique accentuée plutôt binaire avec des thèmes exotiques. C'est une musique où souvent les synthétiseurs et les boîtes à rythmes tiennent une place importante.

GOSPEL ET NEGRO SPIRITUALS. Cantiques interprétés de façon rythmée, à l'origine par des noirs américains dans les églises.

GROOVE ou IN THE GROOVE - S'emploie lorsqu'un morceau swingue parfaitement.

HARD BOP. Extension de "be bop" ou "bop" qui est un style caractérisé par l'apport de rythmes afro.

HONKY TONK - Litéralement "beuglant". Ce sont des tripots de la Nouvelle-Orléans où certains musiciens de jazz, souvent des pianistes, jouaient. Cela représente aussi le style de musique, plutôt rythmée, qu'on jouait dans ce genre d'établissement.

HOT - Littéralement "chaud" concerne un melange de ragtime, blues, jazz et marches joué par les fanfares. A la Nouvelle Orléans, des petits groupes jouaient le "hot jazz" lors d'événements comme des bals et des enterrements. C'est un genre musical avec beaucoup d'improvisation collective.

IMPROVISATION - L' improvisation est le processus par lequel le musicien crée ou produit une œuvre musicale spontanée, imaginaire ou ex nihilo, en se servant de sa créativité dans l'instant avec spontanéité. Il se sert de son savoir technique et théorique et parfois aussi du hasard. On peut improviser sur une grille (succession d'accords), sur une mélodie ou librement comme dans le "free jazz". L'improvisation existe aussi bien dans la musique classique que dans le jazz. Par exemple, Bach et Beethoven étaient réputés pour leurs improvisations. Beethoven a même incorporé des improvisations dans certaines de ses sonates. Bien d'autres musiciens classiques comme Francis Poulenc et Pierre Boulez ont suivi cette tradition.

 Sujet à suivre dans des prochains Editos.

É